• Colonel By News

The Music of Room 159

Updated: 5 days ago

Julia Dan

26/11/21



Monday morning, 9:15 a.m. I’m late. All I can think about on the ride to school are my Extended Essay deadlines, unfinished IAs, and university applications. With my hair uncombed, dressed in sweats and a t-shirt, I make my way to period 2A, IB2 History, room 159. As I walk into the classroom, the relaxing sound of Caribbean steel drums washes over me, my worries escape me for a moment, and I just listen. This is the best part of my day.


For as long as he can remember, Mr. Kitay has been playing music in his classroom. You probably know him as one of the history teachers here at Colonel By, or have seen him walking through the CWS hallway equipped with his signature white-and-blue sneakers, but you may not be familiar with Mr. Kitay, the music enthusiast.


A few days ago, I had the privilege of sitting down with Mr. Kitay to talk about his interest in and passion for music. With a medley of songs from all parts of the world playing in the background, we spoke about the history of the electric guitar, 90s experimental grunge, and classic jazz-funk. It seemed as though we both agreed that musical genre is expansive and listening solely to commercial radio limits one’s perspective and appreciation for different musical techniques and cultural contexts.


I was curious to know about some of Mr. Kitay’s musical inspiration. “We're fortunate at CB to have students with cultural references from so many parts of the world”, says Mr. Kitay, “I sometimes get suggestions from students so that's really inspiring, too.”


“I've always loved West African guitar. I remember the first time I heard Ali Farka Toure, it sent shivers up my spine. He's still one of my favourites but I put Tinariwen at the top of my list, too.” The range in the voice of Oumou Sangare, as well as the musical stylings of Amadou & Mariam and Issa Bagayogo, were some of Mr. Kitay’s other favourite recommendations.


I also wondered what kind of music students responded positively to, what helped them relax in the history room. “More often than not, you'll hear me play Thievery Corporation and Tycho in class at some point, both of which have a strong electronica influence but are nonetheless recorded using live instrumentation.”


Although we often tend to categorize it by decade, Mr. Kitay proposes a different way of thinking about music. “Music genres can also relate to geography and cultural context, and it often comes down to the individual artist, too. For example, I'm really drawn to the guitar tone in B.B. King's late seventies blues albums, "Midnight Believer" (1978) and "Take It Home" (1979), which are somewhat reminiscent of other recordings from that period like Eumir Deodato's "Prelude" (1973), Bob Dylan's "Slow Train Coming" (1979), or even "2112" by Rush (1976), but these are all such wildly different musical genres. Speaking of which, Bob Dylan and David Bowie both released brilliant albums in 1997, "Time Out of Mind" and "Earthling" respectively, but neither of these are what I'd call typical of the 1990s. As another case in point, heavy metal is usually associated with the late seventies and early eighties, but Black Sabbath's groundbreaking first album was recorded in late 1969 and it was essentially a blues recording arranged around the "diminished fifth/devil’s interval". So yeah, it's true that synthesizers were kind of splashed all over recorded music of the 1980s, but they were used differently in the context of, say, Hip Hop, which was developing right alongside the sugary, radio-friendly pop coming out in the same era.”


We continued by discussing the benefits of having music in the classroom. Mr. Kitay highlights three important advantages. First, music contributes to the maintenance of good emotional and mental health, “Music can evacuate the negativity from a room, or at least fill the space with some positive energy before conversation takes over.” Second, music can be an extremely social activity, sparking new dialogue, allowing each to learn something new about the other, “Music really brings people together”, Mr. Kitay asserts. “I also really get a kick out of the reactions from some students when I play a really wild, epic guitar solo from Frank Zappa and somebody goes: "Monsieur! What is that? It's cool..." It's really fun to get a positive reaction, irrespective of whether it's the blues from North Mississippi, Huun Huur Tu, or Tanya Tagaq.” Lastly, listening to relaxing pieces when working can often help students concentrate, “I'll usually tune into Somafm, which is a listener-supported online streaming service run out of San Francisco. It helps everyone focus.”


I’d like to thank Mr. Kitay for taking the time to share his favourite tunes and for reminding us all that music is more than today’s top hits; it is a medium through which we can explore new ideas, broaden our cultural horizons, and promote meaningful social connection.


If you’re ever in the history hall, be sure to listen closely to the sweet sounds coming from room 159. You’ll feel uplifted when school, work, or life’s pressures weigh you down, grateful, and inclined to — in the wise words of Mr. Kitay — “Thank God for music!”.




FRANÇAIS


Lundi matin, 9 h 15. Je suis en retard. En me rendant à l’école, je ne pense qu'aux dates de remise pour mon EE, à mes IA non terminés et à mes demandes d'inscription à l'université. Les cheveux non peignés, vêtue d'un t-shirt ancien, je me dirige vers la période 2A, Histoire IB2, salle 159. En entrant dans la classe, le son relaxant des tambours d'acier des Caraïbes m'envahit, mes soucis m'échappent pour un instant et je me contente d'écouter. C'est le meilleur moment de ma journée.


D'aussi loin qu'il se souvienne, M. Kitay a toujours joué de la musique dans sa classe. Vous le connaissez probablement comme l'un des professeurs d'histoire ici à Colonel By, ou vous l'avez vu marcher dans le couloir du CWS équipé de ses baskets blanches et bleues, mais vous ne connaissez peut-être pas M. Kitay, le passionné de musique.


Il y a quelques jours, j'ai eu le privilège de m'asseoir avec M. Kitay pour parler de son intérêt pour la musique. Avec un medley de chansons des quatre coins du monde en fond sonore, nous avons parlé de l'histoire de la guitare électrique, du grunge expérimental des années 90 et du jazz-funk classique. Nous étions tous deux d'accord pour dire que le genre musical est très vaste et qu'écouter uniquement la radio commerciale limite la perspective et l'appréciation des différentes techniques musicales et des contextes culturels.


J'étais curieuse de connaître certaines des inspirations musicales de M. Kitay. "Nous avons la chance, à la CB, d'avoir des élèves qui ont des références culturelles provenant de tant de régions du monde", dit M. Kitay. "Je reçois parfois des suggestions de la part des élèves, alors c'est aussi très inspirant."


"J'ai toujours aimé la guitare ouest-africaine. Je me souviens que la première fois que j'ai entendu Ali Farka Toure, j'en ai eu des frissons. Il reste l'un de mes préférés, mais je place aussi Tinariwen en tête de ma liste." L'étendue de la voix d'Oumou Sangare, ainsi que les styles musicaux d'Amadou & Mariam et d'Issa Bagayogo, font partie des autres recommandations préférées de M. Kitay.


Je me suis également demandée à quel type de musique les étudiants répondaient positivement, ce qui les aidait à se détendre dans la salle d'histoire. "Le plus souvent, vous m'entendrez jouer Thievery Corporation et Tycho en classe à un moment ou à un autre, qui ont tous deux une forte influence électronique mais sont néanmoins enregistrés avec des instruments en direct."


Bien que nous la classions souvent par décennie, M. Kitay propose une autre façon de penser la musique. "Les genres musicaux peuvent également être liés à la géographie et au contexte culturel, et cela dépend souvent de l'artiste lui-même. Par exemple, je suis vraiment attiré par la tonalité de la guitare dans les albums de blues de B.B. King de la fin des années 70, "Midnight Believer" (1978) et "Take It Home" (1979), qui rappelle un peu d'autres enregistrements de cette période comme "Prelude" d'Eumir Deodato (1973), "Slow Train Coming" de Bob Dylan (1979), ou même "2112" de Rush (1976), mais ce sont tous des genres musicaux très différents. À ce propos, Bob Dylan et David Bowie ont tous deux sorti de brillants albums en 1997, respectivement "Time Out of Mind" et "Earthling", mais aucun d'entre eux n'est typique des années 1990. Autre exemple, le heavy metal est généralement associé à la fin des années 70 et au début des années 80, mais le premier album révolutionnaire de Black Sabbath a été enregistré à la fin de 1969 et il s'agissait essentiellement d'un enregistrement de blues arrangé autour de la "quinte diminuée/intervalle du diable". Donc, oui, il est vrai que les synthétiseurs étaient un peu partout dans la musique enregistrée des années 1980, mais ils étaient utilisés différemment dans le contexte, par exemple, du hip-hop, qui se développait juste à côté de la pop sucrée et radio-friendly qui sortait à la même époque."


Nous avons continué à discuter des avantages d'avoir de la musique en classe. M. Kitay souligne trois avantages importants. Premièrement, la musique contribue au maintien d'une bonne santé émotionnelle et mentale. "La musique peut évacuer la négativité d'une pièce, ou au moins remplir l'espace d'une certaine énergie positive avant que la conversation ne prenne le dessus." Deuxièmement, la musique peut être une activité extrêmement sociale, suscitant un nouveau dialogue, permettant à chacun d'apprendre quelque chose de nouveau sur l'autre, "La musique rapproche vraiment les gens. Je m'amuse aussi beaucoup des réactions de certains élèves lorsque je joue un solo de guitare épique et sauvage de Frank Zappa et que quelqu'un fait : "Monsieur ! Qu'est-ce que c'est que ça ? C'est cool..." C'est vraiment amusant d'obtenir une réaction positive, indépendamment du fait que ce soit le blues de North Mississippi, Huun Huur Tu ou Tanya Tagaq." Enfin, écouter des musiques relaxantes pendant le travail peut souvent aider les étudiants à se concentrer : "J'écoute généralement Somafm, qui est un service de streaming en ligne soutenu par les auditeurs et basé à San Francisco."


J'aimerais remercier M. Kitay d'avoir pris le temps de partager ses mélodies préférés et de nous rappeler que la musique ne se résume pas aux grands succès d'aujourd'hui ; c'est un moyen d'explorer de nouvelles idées, d'élargir nos horizons culturels et de promouvoir un lien social significatif.


Si vous vous trouvez un jour dans la salle d'histoire, écoutez attentivement les doux sons provenant de la salle 159. Vous vous sentirez encouragé lorsque l'école, le travail ou les pressions de la vie vous pèsent, reconnaissant et enclin à — selon les sages paroles de M. Kitay — "Remercier Dieu pour la musique".




51 views0 comments

Recent Posts

See All

The Republic of Childhood Youth Advisory

Sabia Irfan 4/11/2021 After two hectic COVID-filled years, an opportunity has arisen for all young people in Ottawa; the Republic of Childhood Youth Advisory Council (YAC) is searching for members. He