• Colonel By News

‘Summer Goals’: A Look into Body Image and Self Love for Adolescents

Moumita Dutta

Translated by Maria Mahfouz

11/06/2021



What’s not to love about summer? Many people look forward to the season to partake in sports and other outdoor activities as well as Summer Break. Usually a time for friends and fun outings (which we will hopefully be able to enjoy again after COVID-19), summer brings laughter, joy, and freedom.


However, for a large portion of our society, summer can also be a source of stress. In many cultures, it is a time of shorts and tank tops (in general, lighter clothing than what is worn in cooler months). Briefly, many people feel self-conscious about their bodies.


Children as young as 3 years old start to develop negative thoughts about their bodies (Holohan, 2016); as we grow up, we are met by more and more types of media (think Barbie dolls and superhero comics) and start to form an image of the bodies that are standard, accepted, and loved in society. As a kid enters their preteen/teen lives, they may be introduced to the new and larger world of social media (where often, there lies a hidden rule to remain perfect under the spotlight). In that world of bikini bodies and perfect bodybuilder physiques, it truly is difficult not to get consumed with flawless influencers and become obsessed with the idea of fitting into an idealized body type.


The main problem with how perfection is portrayed in the media lies in the fact that there is often only a very small range of accepted figures. Without any representation, children notice that only a very specific demographic of people is showered with love for their looks. Even in older years, this subconscious desire for validation is still retained. It could manifest in the smallest of ways, perhaps as small as not choosing to wear an article of clothing due to how it makes you look. Furthermore, much of our media is edited; stretch marks and acne can be virtually airbrushed out of pictures, and countless apps can alter body proportions. This leads to many developing irrational insecurities over completely normal features.


However, the subject of body image is not so straightforward. As summer begins, many people naturally become interested in fitness, dieting, and different self-care trends to better their lifestyle. That in itself is a great initiative and practicing habits to improve your health is commendable. Yet, one should not do it solely for the acceptance of others (or solely for external appearance) as this can lead to a dangerous spiral into body dysphoria, eating disorders, and mental health problems.


Finally, while there have been movements towards supporting body positivity and inclusivity by large corporations, institutions, and influencers on social media in recent years, there is still a long way to go before children and adults alike do not feel a need to conform to a single standard of beauty.


It all really comes down to self-acceptance. Self-love should be practiced unconditionally. This includes when you are working towards a better, healthier, and happier version of yourself (and it should be you who decides what that version entails). So everyone, have a happy and healthy summer, and enjoy it to the fullest! ■



FRANÇAIS


‘Objectifs d’été’: Un regard sur l’image corporelle et l’amour propre chez les adolescents


Comment ne pas apprécier l'été? Plusieurs ont hâte de participer aux sports, activités de plein air, et le congé d’été. Souvent un temps pour l’amitié et des excursions amusantes (que, avec espoir, nous pourrions apprécier encore après COVID-19), l’été est un temps de rire, de joie, et de liberté.


Cependant, pour de nombreux dans notre société, l’été peut être une source de stress. Dans plusieurs cultures, c’est le temps pour les shorts et les débardeurs (en général, ce sont des vêtements plus légers que les saisons plus fraîches). Brièvement, plusieurs personnes deviennent gênées de leurs corps.


Les enfants aussi jeunes que 3 ans commencent à développer des pensées négatives à propos de leurs corps (Holohan, 2016); lorsque nous vieillissons, nous faisons-face à de plus en plus de media (pense au poupées de Barbie et les bandes dessinés des super-héros) et nous commençons à conceptualiser une image des corps qui sont le standard, qui sont acceptés, et qui sont aimés dans la société. À mesure que les enfants deviennent des pré-adolescents/adolescents, il est probable qu’ils s'introduisent au nouveau, et plus grand, monde des médias sociaux (ou donc il y a souvent un règlement caché pour maintenir la perfection sous les projecteurs). Dans ce monde des bikinis et des physiques parfaits, il est véritablement difficile de n’être pas absorbé par les influenceurs sans défaut et de ne pas devenir obsédé par l’idée de conformer à une morphologie idéalisé.


Le problème principal avec l’image de la perfection dans les médias est qu’il y a souvent peu de variété dans les formes acceptées. Sans représentation, les enfants prennent compte que seulement une cible limitée reçoit de l’amour pour leurs apparences. Même avec de l'âge, l’envie subconscient d’être accepté est retenue, ce qui peut se présenter de plusieurs façons, comme ne pas porter un vêtement pour l’apparence qu’il te donne. De plus, beaucoup de notre média est édité; les vergetures et l’acné peuvent être retouchés de manière virtuelle et d’innombrables applis mobiles peuvent modifier les proportions corporelles. Cela résulte dans le développement des insécurités irrationnelles à propos des caractéristiques entièrement normales et naturelles.


Cependant, le sujet de l’image corporelle n’est pas si simple. À mesure que l’été commence, plusieurs personnes s'intéressent à la forme physique, les régimes alimentaires, et de différents modes de « self care » pour améliorer leur style de vie. Cela démontre de l’excellente initiative, et développer des habitudes saines est louable. Pourtant, cela ne devrait pas être fait uniquement pour recevoir l’approbation des autres, ni uniquement pour l'apparence physique extérieure comme ça peut mener vite à un dysphorie de corps, des troubles de l’alimentation et des problèmes de santé mentale.


Finalement, alors qu’il y avait des mouvements supportant la positivité envers de différentes morphologies et l’inclusivité de grandes corporations, institutions et influencers sur les médias sociaux dans les années récentes, il y a toujours beaucoup de chemin à parcourir avant que les enfants aussi que les adultes ne pensent pas qu’ils doivent conformer à un seul standard de beauté.


En fond, il est vraiment une question d’acceptation de soi. L’amour propre devrait être entraîné sans réserves. Cela inclut lorsque tu travailles pour réaliser une meilleure, une plus saine et une plus contente version de toi-même (et c’est à toi de décider à quoi ressemble cette version). Alors, tout le monde, passez un été heureux et en bonne santé et profitez-en au maximum!

Sources:



SOURCES

Holohan, Meghan. “Children as Young at 3 Have Poor Body Image, Talk of Dieting Says Recent

Survey.” TODAY.com, TODAY, 1 Sept. 2016, www.today.com/health/children-young-3-have-poor-body-image-talk-dieting-says-t102453.

15 views0 comments

Recent Posts

See All