• Colonel By News

Is the New West Side Story a Justified Remake?

Julia Dan

31/03/2022



(People, 2021)


Mambo!


The picture opens with the whistle of three iconic notes which reverberate through the streets of New York City slums.


Steven Spielberg’s “reimagined” West Side Story was released in theatres in December of 2021 in the hopes of becoming a holiday blockbuster. His version is, of course, adapted from the original 1961 film, which itself was based on the 1957 Broadway musical conceived by Jerome Robbins. As it seems to be the trend in Hollywood to remake every movie known to man (including upcoming productions like American Psycho, Dirty Dancing, and The Fly), this isn’t surprising.


Starring Nathalie Wood (as María) and Richard Beymer (as Tony), the beloved classic won 10 of the 11 Academy Awards for which it was nominated, including Best Picture and Best Supporting Actress (awarded to Rita Moreno for her portrayal of Anita). Considering its critical and audience success, Spielberg took a great risk in recreating West Side Story. When the bar is set so high, there’s no place to go but down.


Critical judgment of this picture is generally split, however, some opinions tend to stand out more than others. The New Yorker’s Richard Brody described the film as “a corpse revived with the blood of young people”. Despite the film’s technical highlights provided by means of its million-dollar budget, the film lacks heart and is simply a lesser version of the original.


Like the first film, Spielberg’s takes place in a community in New York’s Upper West Side which is set to be demolished. The area is home to two gangs: the Jets (a band of deprived white kids) and the Sharks (a group of newly established Puerto Rican youths). When push comes to shove, only one gang can rule the turf. In a modern-day Romeo and Juliet story, Tony (Ansel Elgort) is a Jet trying to overcome life’s hardships by distancing himself from the gang; he falls in love with Maria (Rachel Zegler), the sister of Bernardo (David Alvarez) who is the leader of the Sharks. Naturally, tragedy ensues.


One key point of contrast from the original is that, in the remake, characters are much more clearly developed, maybe even to a fault. Tony is given this ex-con backstory, Maria now has dreams of going to college, and Bernardo has a boxing career. Though these changes were meant to enrich the characters and make them more relatable to today’s audiences, they truly don’t add much to the film and only serve to drag out scenes with unimportant exposition.


Spielberg takes other liberties in the film’s plot, including the introduction of a new character, Valentina (played by West Side Story alumna, Rita Moreno), amplifying the presence of the previously negligible Chino (Josh Andrés Rivera), and giving a voice to Anybodys (Iris Menas), a queer character only briefly featured in the classic. Nonetheless, the most significant revision to the Robbins production is the portrayal of the Puerto Rican experience in 50s America. In some cases, the inclusion of this reality is refreshingly well done, with much of the dialogue among Puerto Ricans being in Spanish or some Spanish-English hybrid (e.g. “Necesito lipstick!”) and the clearly conveyed message of fighting for the “orgullo puertorriqueño”; yet other times, it seems a bit forced. Although racial prejudice and class segregation are important issues, they’re so explicitly represented, to the point where an eviction protest is held right in the middle of the musical number “America” (and on cue, mind you).


The redesigned version also managed to kill some of the most memorable musical numbers. “America”, for instance, was relocated from a San Juan Hill rooftop to the streets of NYC in broad daylight. “Gee Officer Krupke” was also sub-par, conveying none of the fast-paced fun and comedic brilliance of the first film.


Moreover, Spielberg managed to drain the excitement and romance from what’s potentially the most important moment of the entire film — the meeting of Tony and Maria. Instead of a magical moment between the two lovers, where the whole world blurs around them, the new version had them hide behind bleachers. This moment is meant to convince the audience to believe in the strength of the Maria-Tony relationship, to buy into this fairytale of “love at first sight”, which the rest of the movie relies on. Immense disappointment.


A hundred-million-dollar budget is not always the way to achieve great cinematography. So what does a Spielberg-directed musical look like? Instead of sticking to wide shots and a few medium shots for huge dance scenes, viewers are confronted with complicated aerial shots followed by tracking shots swooping through the crowd of actors. This makes the picture look messy and confusing, and takes away from the film’s overall choreographic successes. Further, Spielberg’s use of light in this remake is completely out of place. On more than one occasion, the screen is overcome by annoying light glares through bleacher steps, window drapes, and streetlights. Other times, bleak filters are used which completely deplete the film of any life — even kitschy stage lighting would better suit the film.


In terms of casting, Ariana DeBose (as Anita) was the primary player who outshone everyone on screen, so much so that she was recognized by the Academy for Best Supporting Actress at the 2022 Oscars. Unlike the original which screened white actors painted brown, this film triumphs in building a diverse cast, succeeding in its authentic representation of the Hispanic community. The casting of Maria, however, was ill-conceived, and her chemistry with Tony was far from genuine. In the final, gut-wrenching, scene, her performance seems wooden and fails to provide this moment with the intensity it deserves.


Overall, the 2021 remake is a passable movie. However, viewers expected more from Spielberg given his impressive repertoire; instead, he failed in capturing the thrilling romance that unravels in the rough and tough circles of New York City.


So did this film need to be remade? No, not at all. This isn’t to say that the movie does not have its own merits; had it stood on its own, without the pretense of the 60s masterpiece, the film might have seen greater success, both with audiences and at the box office (the film only grossed 75% of its allotted budget at the box office, though profits may increase through streaming service sales).


The justification for this “do-over” has relied on the idea that the themes of immigration, assimilation, and racism featured prominently in West Side Story are still relevant today. While this is true, a remake was certainly not the best course of action to address these issues.


Judge it for yourselves! The film is now available on Disney+ and the original can be found on the Criterion Channel.



 

FRANÇAIS

Julia Dan



Le nouveau West Side Story est-il un remake justifié ?


(People, 2021)


Mambo!


Le film s'ouvre sur le sifflement de trois notes iconiques qui se répercutent dans les rues des quartiers pauvres de New York.


Le West Side Story "réimaginé" de Steven Spielberg est sorti en salles en décembre 2021 dans l'espoir de devenir un blockbuster de vacances. Sa version est, bien sûr, adaptée du film original de 1961, lui-même basé sur la comédie musicale de Broadway de 1957 conçue par Jerome Robbins. Comme il semble que ce soit la tendance à Hollywood de refaire tous les films connus (y compris les productions à venir comme American Psycho, Dirty Dancing et The Fly), ce n'est pas surprenant.


Avec Nathalie Wood (dans le rôle de María) et Richard Beymer (dans le rôle de Tony), ce classique bien-aimé a remporté 10 des 11 Oscars pour lesquels il était nommé, notamment celui du meilleur film et celui du meilleur second rôle féminin (attribué à Rita Moreno pour son interprétation d'Anita). Compte tenu de son succès critique et public, Spielberg a pris un grand risque en recréant West Side Story. Lorsque la barre est placée si haut, il n'y a pas d'autre issue que la chute.


Le jugement critique de ce film est généralement partagé, cependant, certaines opinions ont tendance à se démarquer plus que d'autres. Richard Brody, du New Yorker, a décrit le film comme "un cadavre réanimé avec le sang des jeunes". Malgré les points forts techniques du film grâce à son budget d'un million de dollars, le film manque de cœur et est simplement une version inférieure de l'original.


Comme le premier film, celui de Spielberg se déroule dans un quartier de l'Upper West Side de New York destiné à être démoli. Le quartier abrite deux gangs: les Jets (une bande de jeunes blancs défavorisés) et les Sharks (un groupe de jeunes portoricains nouvellement établis). Quand les choses se gâtent, un seul gang peut régner sur le territoire. Dans une histoire moderne de Roméo et Juliette, Tony (Ansel Elgort) est un Jet qui tente de surmonter les difficultés de la vie en prenant ses distances avec le gang. Il tombe amoureux de Maria (Rachel Zegler), la sœur de Bernardo (David Alvarez), le chef des Sharks. Naturellement, une tragédie s'ensuit.


L'un des principaux points de contraste avec l'original est que, dans le remake, les personnages sont beaucoup plus clairement développés, peut-être même à tort. Tony a une histoire d'ex-taulard, Maria rêve maintenant d'aller à l'université et Bernardo a une carrière de boxeur. Bien que ces changements aient pour but d'enrichir les personnages et de les rendre plus attachants pour le public d'aujourd'hui, ils n'apportent pas grand-chose au film et ne servent qu'à faire traîner les scènes avec des expositions sans importance.


Spielberg prend d'autres libertés dans l'intrigue du film, notamment en introduisant un nouveau personnage, Valentina (jouée par une ancienne de West Side Story, Rita Moreno), en amplifiant la présence de Chino (Josh Andrés Rivera), auparavant négligeable, et en donnant une voix à Anybodys (Iris Menas), un personnage homosexuel qui n'apparaît que brièvement dans le classique. Néanmoins, la révision la plus significative de la production Robbins est la représentation de l'expérience portoricaine dans l'Amérique des années 50. Dans certains cas, l'inclusion de cette réalité est rafraîchissante et bien faite, avec une grande partie des dialogues entre Portoricains en espagnol ou dans un hybride espagnol-anglais (par exemple, "Necesito lipstick!") et le message clairement transmis de la lutte pour l'"orgullo puertorriqueño"; mais d'autres fois, cela semble un peu forcé. Bien que les préjugés raciaux et la ségrégation de classe soient des sujets importants, ils sont représentés de manière si explicite qu'une manifestation d'expulsion a lieu en plein milieu du numéro musical "America" (et au bon moment, d'ailleurs).


La version remaniée a également réussi à tuer certains des numéros musicaux les plus mémorables. "America", par exemple, a été déplacé du toit de San Juan Hill aux rues de New York en plein jour. La chanson "Gee Officer Krupke" n'était pas non plus à la hauteur, et n'avait rien à voir avec le rythme effréné et le brio comique du premier film.


De plus, Spielberg a réussi à vider l'excitation et la romance de ce qui est potentiellement le moment le plus important de tout le film - la rencontre de Tony et Maria. Au lieu d'un moment magique entre les deux amoureux, où le monde entier s'estompe autour d'eux, la nouvelle version les fait se cacher derrière des gradins. Ce moment est censé convaincre le public de croire en la force de la relation Maria-Tony, d'adhérer à ce conte de fées du "coup de foudre", sur lequel repose le reste du film. Immense déception.


Un budget de cent millions de dollars n'est pas toujours le moyen d'obtenir une excellente cinématographie. Alors, à quoi ressemble une comédie musicale réalisée par Spielberg? Au lieu de s'en tenir à des plans larges et à quelques plans moyens pour les grandes scènes de danse, les spectateurs sont confrontés à des prises de vue aériennes compliquées, suivies de travellings qui traversent la foule des acteurs. Cela donne un aspect désordonné et confus à l'image et nuit à la réussite chorégraphique globale du film. De plus, l'utilisation de la lumière par Spielberg dans ce remake est complètement déplacée. À plus d'une occasion, l'écran est envahi par des reflets lumineux gênants à travers les marches des gradins, les rideaux des fenêtres et les lampadaires. D'autres fois, des filtres sombres sont utilisés, ce qui prive le film de toute vie - même un éclairage de scène kitsch conviendrait mieux au film.


En termes de casting, Ariana DeBose (dans le rôle d'Anita) est la principale actrice qui surpasse tout le monde à l'écran, à tel point qu'elle a été récompensée par l'Académie pour le meilleur second rôle féminin aux Oscars 2022. Contrairement à l'original qui présentait des acteurs blancs peints en brun, ce film triomphe en construisant un casting diversifié, réussissant sa représentation authentique de la communauté hispanique. Le casting de Maria, cependant, était mal conçu, et sa chimie avec Tony était loin d'être authentique. Dans la scène finale, déchirante, sa performance semble en bois et ne parvient pas à donner à ce moment l'intensité qu'il mérite.


Dans l'ensemble, le remake de 2021 est un film passable. Cependant, les spectateurs s'attendaient à plus de la part de Spielberg, compte tenu de son impressionnant répertoire; au lieu de cela, il n'a pas réussi à capturer la romance palpitante qui se déroule dans les milieux difficiles de New York.


Alors, ce film avait-il besoin d'être refait ? Non, pas du tout. Cela ne veut pas dire que le film n'a pas ses propres mérites ; s'il avait été indépendant, sans la prétention du chef-d'œuvre des années 60, le film aurait pu connaître un plus grand succès, tant auprès du public qu'au box-office (le film n'a rapporté que 75% de son budget au box-office, bien que les bénéfices puissent augmenter grâce aux ventes des services de streaming).


La justification de ce "do-over" repose sur l'idée que les thèmes de l'immigration, de l'assimilation et du racisme abordés dans West Side Story sont toujours d'actualité. Si cela est vrai, un remake n'était certainement pas la meilleure façon d'aborder ces questions.


Jugez-en par vous-mêmes! Le film est désormais disponible sur Disney+ et l'original est disponible sur la chaîne Criterion.


47 views0 comments

Recent Posts

See All

Sabia Irfan 4/11/2021 After two hectic COVID-filled years, an opportunity has arisen for all young people in Ottawa; the Republic of Childhood Youth Advisory Council (YAC) is searching for members. He