• Colonel By News

2020: The Year in Review



Madeline Blackmore

18/12/2020


Each year has its defining moment. Yet these past 12 months have been the most unprecedented 365 days imaginable. Entering 2020, no one could have ever predicted this…


January was a much more hopeful time, a time when you could hug your grandparents, a time when you weren’t condemned to stay away from loved ones. Yet it still carried its share of notable events. Entering the first couple of days of the New Year, U.S. President Donald Trump ordered a precision strike on top Iranian commander, Qasem Soleimani, killing him in Iraq and causing massive tensions between Iran and the United States. For a time, it seemed that the killing threatened to draw a number of great powers into a new potential conflict. The first week of the new year was only a fraction of what was to come as China struggled to determine the cause of a mysterious new virus. A silent bomb...


In February the United States and the world began to increasingly focus on the upcoming high stakes Presidential election. At the same time, the reality of the new virus which emerged from China, now known as the “coronavirus”, began to sink in as efforts to contain its spread began to fail. No one was prepared for what was to come…


March was the month we all remember clearly as if it was yesterday. A shock wave of shutdowns shuttered the globe in a matter of days. Grocery store shelves emptied, cruise ships floated helplessly at sea, and we mourned the loss of those dying in hospital beds alone. March 11th, the World Health Organization declared the situation to be a pandemic, the virus carrying the name Covid-19. For students, March 13th became a day of infamy. The day we were all sent home expecting to be back in a classroom setting in a matter of weeks. What we didn't expect was to be spending the remainder of the school year on endless Zoom calls.


In April, “normal” was a term long gone. Mask usage and social distancing quickly started to become our new reality. Yet groups of individuals in the United States took to the streets to protest, enraged with the new limitations put into place. This month was one for milestones, although not ones to celebrate. At the beginning of April, we hit 1 million Covid-19 cases worldwide and by the end of the month, the United States alone hit 1 million cases.


When May arrived, the situation continued to deteriorate. A different kind of protest began. George Floyd, an unarmed Black man was murdered under a case of racially motivated police brutality in the U.S. causing a surge in the Black Lives Matter movement. Minneapolis police officer Derek Chauvin pressed his knee on the neck of Mr. Floyd for nearly 9 minutes with no mercy. Thomas Lane, J. Alexander Kueng, and Tou Thao were bystanders and accomplices to the tragic death of George Floyd. Streets were filled overnight with thousands of allies of the BLM movement, demanding racial justice and equality. The U.S. became convulsed with protests and counter-protests from those seeking to maintain the status quo. This was an awakening for many, as the world viewed raw video evidence of systematic racism against Black lives initiated by law enforcement…


This movement continued throughout June and the remainder of the year causing intense tensions and public polarization, pitting protesters against the police, and in many cases, against their fellow citizens. With the Presidential election campaign in full swing, President Trump sought to politicize the situation, claiming to stand for law and order and against “the forces of lawlessness”. America seemed to be falling apart...


The next couple of months were slow until the school year started up. The summer provided some reprieve as Covid-19 numbers dipped and outdoor gatherings became possible. Massive discussion began concerning how students would be spending their year. In the end, University students were sent home to pursue online schooling, elementary schools were back in the classroom, and secondary schools organized a hybrid learning system. In early October, President Donald Trump tested positive for Covid-19 and was admitted to Walter Reed National Medical Centre on the evening of October 2.


As fall arrived, the colder weather ushered in the much anticipated “second wave”, far worse than the first. Rhetoric around the Presidential Election reached a frenzy, with America seemingly more polarized than ever before. Presidential candidate Joe Biden named Kamala Harris as his running mate, offering the chance for the election of the first-ever female Vice President. Finally, in November, Americans went to the polls in record numbers, despite the raging pandemic. Although Trump disputed (and continues to do so) the results, Biden and Harris triumphed.


Entering into December, however, the number of Covid-19 infections and deaths globally continued to increase at alarming rates. Despite this, 2020 comes to an end much as 2020 began - with hope for the future. Biden’s triumph and the arrival of the first Covid-19 vaccine have provided reason for optimism, and have begun to restore our tarnished confidence in democracy and science. Although 2020 will go down as one of the most difficult years in generations, it will hopefully make us stronger and better prepared to meet whatever challenges we face in the future.


FRENCH

2020 : L'année en revue


Chaque année a son moment décisif. Pourtant, ces douze derniers mois ont été les 365 jours les plus exceptionnels que l'on puisse imaginer. En entrant dans l'année 2020, personne n'aurait jamais pu prédire cela...


Janvier était une période beaucoup plus heureuse, une période où l'on pouvait embrasser ses grands-parents, une période où l'on n'était pas condamné à rester loin de ses chers. Pourtant, cette période a été marquée par une série d'événements. Au début de la nouvelle année, le président américain Donald Trump a ordonné une attaque de précision contre le commandant iranien Qasem Soleimani, le massacrant en Irak et provoquant des tensions massives entre l'Iran et les États-Unis. Pendant un certain temps, il semblait que cette tuerie menaçait d'entraîner un certain nombre de grandes puissances dans un nouveau conflit potentiel. La première semaine de la nouvelle année n'était qu'une fraction de ce qui allait suivre, alors que la Chine s'efforçait de déterminer la cause d'un mystérieux nouveau virus. Une bombe silencieuse...


En février, les États-Unis et le monde entier ont commencé à se concentrer de plus en plus sur l'élection présidentielle à venir, dont les enjeux sont élevés. Dans le même temps, la réalité du nouveau virus apparu en Chine, désormais connu sous le nom de "coronavirus", a commencé à s'imposer alors que les efforts pour contenir sa propagation commençait à échouer. Personne n'était préparé à ce qui allait suivre...


Mars est le mois dont nous nous souvenons tous clairement comme si c'était hier. Une onde de choc d'arrêts de production a fermé le globe en quelques jours. Les rayons des épiceries se sont vidés, les bateaux de croisière ont flotté sans défense en mer et nous avons pleuré la perte de ceux qui mouraient seuls dans des lits d'hôpitaux. Le 11 mars, l'Organisation mondiale de la santé a déclaré que la situation une pandémie portant le nom de Covid-19. Pour les étudiants, le 13 mars est devenu un jour d'infamie. Ce jour-là, nous avons tous été renvoyés chez nous en nous attendant à être de retour dans une salle de classe dans quelques semaines. Ce à quoi nous ne nous attendions pas, c'était de passer le reste de l'année scolaire à passer des appels Zoom sans fin.

En avril, "normal" était un terme qui avait disparu depuis longtemps. L'utilisation des masques et la distanciation sociale ont rapidement commencé à devenir notre nouvelle réalité. Pourtant, des groupes d'individus aux États-Unis sont descendus dans la rue pour protester, enragés par les nouvelles limitations mises en place. Ce mois a été marqué par des événements marquants, mais pas par des célébrations. Début avril, nous avons atteint un million de cas de Covid-19 dans le monde entier et à la fin du mois, les États-Unis ont atteint à eux seuls un million de cas.


Lorsque le mois de mai est arrivé, la situation a continué à se détériorer. Un autre type de protestation a commencé. George Floyd, un homme Noir non armé a été assassiné dans le cadre d'une affaire de brutalité policière à caractère racial aux États-Unis, ce qui a provoqué une montée en flèche du mouvement Black Lives Matter. Le policier de Minneapolis Derek Chauvin a pressé son genou sur le cou de M. Floyd pendant près de neuf minutes sans aucune pitié. Thomas Lane, J. Alexander Kueng, et Tou Thao étaient des spectateurs et des complices de la mort tragique de George Floyd. Les rues se sont remplies pendant la nuit de milliers d'alliés du mouvement BLM, réclamant la justice et l'égalité raciale. Les États-Unis ont été secoués par les protestations et les contre-protestations de ceux qui cherchaient à maintenir le statu quo. Ce fut un réveil pour beaucoup, alors que le monde voyait des preuves vidéo brutes de racisme systématique contre la vie des Noirs initié par les forces de l'ordre...


Ce mouvement s'est poursuivi tout le mois de juin et le reste de l'année, provoquant d'intenses tensions et une polarisation de l'opinion publique, opposant les manifestants à la police et, dans de nombreux cas, à leurs concitoyens. Alors que la campagne électorale battait son plein, le président Trump a cherché à politiser la situation, prétendant défendre l'ordre public et s'opposer aux "forces de l'anarchie". L'Amérique semblait se désagréger.


Les deux mois suivants ont été lents jusqu'à la rentrée scolaire. L'été a apporté un peu de répit, car le numéro de Covid-19 a baissé et les rassemblements en plein air sont devenus possibles. De nombreuses discussions s'engagent sur la façon dont les élèves vont passer leur année. À la fin, les étudiants de l'université ont été renvoyés chez eux en ligne, les écoles primaires sont revenues en classe et les écoles secondaires ont mis en place un système d'apprentissage hybride. Début octobre, le président Donald Trump a été testé positif pour Covid-19 et a été admis au Centre médical national Walter Reed dans la soirée du 2 octobre.


Avec l'arrivée de l'automne, le temps plus froid a inauguré la très attendue "deuxième vague", bien pire que la première. La rhétorique autour de l'élection présidentielle a atteint un niveau de frénésie, l'Amérique semblant plus polarisée que jamais. Le candidat présidentiel Joe Biden a nommé Kamala Harris comme sa colistière, offrant ainsi la possibilité d'élire la toute première femme vice-présidente. Enfin, en novembre, les Américains se sont rendus aux urnes, en nombre record malgré la pandémie qui fait rage. Bien que Trump ait contesté (et continue de le faire) les résultats, Biden et Harris ont triomphé.


En décembre, cependant, le nombre d'infections à Covid-19 et de décès dans le monde a continué à augmenter à un rythme alarmant. Malgré cela, l'année 2020 se termine comme elle a commencé - avec de l'espoir pour l'avenir. Le triomphe de Biden et l'arrivée du premier vaccin Covid-19 ont donné des raisons d'être optimistes et ont commencé à restaurer notre confiance ternie dans la démocratie et la science. Même si 2020 restera l'une des années les plus difficiles depuis des générations, nous espérons qu'elle nous rendra plus forts et mieux préparés à relever les défis qui nous attendent.


SOURCES:


Cable News Network. 2020 has changed everything. And it's only half over. CNN. https://www.cnn.com/interactive/2020/07/world/2020-year-in-review-july/.

Team, F. O. X. T. V. D. (2020, July 2). The history-making moments that have happened so far in 2020 - and we're only halfway through. FOX 10 Phoenix. https://www.fox10phoenix.com/news/the-history-making-moments-that-have-happened-so-far-in-2020-and-were-only-halfway-through.



106 views0 comments

Recent Posts

See All